Vendredi 6 mai 2011

La route d’Emmaüs

0 vote

Edito du billet du 1er jour du 8.5.2011

Ils étaient deux à marcher côte à côte. Leur conversation revenait sans cesse sur l’évènement qui les accablait : « Il est mort et notre espérance est morte avec lui ». Ils sont enfermés dans la nuit de leur chagrin.

Pourtant, ils se montrent encore capables d’accueillir ce voyageur mystérieux qui les rejoint. Ils l’écoutent. Ils se laissent entrainer par lui à relire l’histoire de leur peuple, à entrer dans l’intelligence des écrits anciens, y compris ceux qui annoncent les souffrances du Messie.

Leurs cœurs se sont réchauffés, au point qu’ils retrouvent le sens de l’hospitalité. Ils ne sont plus enfermés dans le chagrin. Ils offrent à l’inconnu un geste fraternel : ils l’invitent à leur table : « Reste avec nous ». Et voici que, tout soudain, les rôles se retournent. Celui qu’ils ont invité prend la présidence du repas. Il refait devant eux les gestes et les paroles de la dernière Cène.

Ce sont ces signes de l’Eucharistie qui leur ouvrent le chemin de la Foi. Jésus est présent. Ils le reconnaissent d’une connaissance intérieure. Une connaissance dans la Foi ; alors même qu’il disparait à leurs yeux ; Il n’y a pas de Foi sans mission. Leur mission est de venir compléter, auprès des apôtres, le témoignage de Marie de Magdala.

Ce chemin d’Emmaüs est notre chemin. Jésus nous rejoint pour nous aider à passer du doute au témoignage.

Il marche avec nous. Il nous donne sa Parole et son Pain Eucharistique.

Il nous envoie en mission.

IL EST VIVANT

Abbé Yves Le Gueut.